28 juin 2014

J.51 - On the other side

Une fille. Là. 
De l'autre côté de la vitre. De l'autre côté du monde.
Voyez, là, attention, elle vous regarde. 
Faites bonne impression. Souriez-lui, et un geste, un signe de la main ?
Non. Elle ne remarque pas votre tentative de contact. Du tout.
En fait, elle ne fait aucunement attention à vous. 
Elle vous fixe, paradoxalement, ne vous aperçoit pas, yeux vides, pupilles égarées.
Vous pourriez aussi bien ne pas être là, mais pourtant, pourtant,
Pourtant, son regard. 
Il reste. Là. Stupéfié. 
Il vous transperce, de part en part.
Votre visage, littéralement le centre de toute l'attention qu'elle puisse être capable d'accorder.


Mais non. Elle ne vous voit point. Cécité ? Pathologie ? Bonne question. 
Son existence est-elle réellement définie ? Comment le savoir ?
Et vous y allez, vous la rejoignez,
De l'autre côté de la vitre, de l'autre côté du monde,
 C'est alors qu'elle s'anime,
C'est alors qu'elle prend vie,
C'est alors que vous prenez conscience, une évidence
L'étendue de son étrangeté, c'est sur, elle n'est pas de ce monde, elle n'est pas d'ici.
Pas de cet univers, pas de ce petit patelin. 
Elle n'est de nulle part.
Elle est une présence, universelle, intemporelle,
Hors de vous, hors du temps, hors de tout.
Regardez, contemplez la, vous n'en avez plus pour longtemps.
Faites attention, trop instable, radioactive,
Désintégrée, sans préavis, sans motif,
Elle disparaîtra, tout simplement.

Et vous n'y pourrez rien, elle n'existera pas, oui, elle n'aura jamais été là, 
Vestige d'un mirage, bref reflet d'un univers,
 Inaccessible, normalement invisible,
De l'autre côté de cette vitre, de l'autre côté de ce monde.


OUTFIT
Jacket : Front Row Shop

Review de l'outfit :
 Dans la suite de mes collaborations (dernièrement ici), je vous présente en ce jour deux nouvelles enseignes qui m'ont offert de tester leurs produits pour vous en faire le compte rendu.
- La première est Lovelywholesale, j'y ai sélectionné cette robe en taille 8 (taille minimale proposée, je porte généralement du 6, voir du 4), gros coup de cœur sur sa coupe oblige. J'ai reçu mon petit colis environ un mois plus tard, le résultat s'est trouvé légèrement trop grand pour moi mais rien de bien choquant.
- J'ai ensuite pu choisir la veste (Taille S, et oui, les épaules rondes, c'était l'hiver dernier, oui, je suis en retard, comme toujours, je sais bien) sur l'eshop Front Row Shop. Le temps de livraison fut à peu près le même, et je suis réellement satisfaite du rendu. Le produit est original et la qualité conforme à mes attentes. Je ne le montre pas dans cette série, mais elle est réversible : vous pouvez la porter en blanc ou en noir au grès de vos envies (deux en une !)

En bref ? Que du bonheur. 

Photos : Knas



Follow on Bloglovin

22 juin 2014

J.50 - Lost in Woods

Figé. Rien ne semble y vivre, rien ne semble y évoluer. 
Un bois, n'importe quel bois. En êtes-vous surs ? 
Les branches, les troncs, les cèdres, autrefois, ils frémissaient, murmuraient, chantaient, choeur frénétique, orchestre grandiose, ils se sont tus, ils se taisent, pourquoi ?
Aujourd'hui, même le vent a cessé de souffler.

Aujourd'hui, vous aurez beau écouter, vous aurez beau regarder, vous ne percevrez rien. 
Rien d'autre qu'un vide effrayant, terrifiant. Un vide, une obscure verdure en guise de clarté, le mirage de vos souvenirs comblant l'absence du moindre son.
Vous êtes humains, vous avez peur, vous voulez comprendre, pourquoi, comment ?
Donc vous continuez, vous contemplez, vous observez.

Et vous la voyez, là, démasquée, dans sa discrète tristesse : une petite goutte de sang.
fashion photography, blog mode, das sheep, Knas, burgundy outfit
 Elle est frêle, seule, comme abandonnée.
Elle survit, tant bien que mal, ne veut pas qu'on la remarque, cache sa teinte écarlate.
Elle est frêle, seule, elle sanglote, en silence, dissimulant un secret trop dur pour le commun des vivants.
Un bois ? Non, pas n'importe quel bois. 
Un bois, il souffre, il saigne, un mal-être, une hémorragie interne, qui ne peut être jugulée, qui ne peut être arrêtée, il est symbole d'une douleur universelle, une agonie devant laquelle personne n'ose garder les yeux ouverts.
Non ! C'est stupide. C'est bien connu, la nature ne peut pas souffrir. 
Pas de récepteurs sensoriels, pas de fibres nerveuses, pas d'encéphale, pas de cortex, pas d'âme, elle ne peut que vivre, mourir, sans y réfléchir, sans broncher. 
Et après tout, vous qui la torturez, qu'en savez-vous ?
En tout cas elle est bien là, cette petite goutte de sang,  
Elle parle, gémis, tout doucement, balbutie au mieux, tente de remplacer son bois, celui qui n'en dit rien, celui qui n'a pas bouche pour hurler, pas de larmes pour pleurer. 
Pourtant, vous écoutez, mais seul le silence se laisse deviner. 
Pourquoi ? Vous n'en n'avez aucune idée, en fait, vous en avez plus qu'assez. 
Alors ?
Alors vous levez le pied, écrasez la petite goutte pourpre, vous retournez chez vous, et vous oubliez tout. Problème réglé.

OUTFIT :
Shirt : Charity Shop, London
Skirt : H&M
Boots : Dr Martens
Bag : Emmaüs

Photos : Knas



Follow on Bloglovin

19 juin 2014

J.49 - The sound of Silence

Et puis, 
Un jour, une heure, à l'issue de la nuit,
Dans votre lit, sous votre drap, juste ici

Vous avez entrouvert les paupières, contemplé, lumière, obscurité ? 
Bonne question. Vous vous en fichez. 
Vous avez écouté le silence, simplement, vous avez souris, savouré l'instant présent.
Et puis ?
Et puis vous êtes parti, évadés, 
Très loin, très très loin d'ici,
Vous vous êtes envolés, vers un monde, inconnu, différent, charmeur, un monde à découvrir,
Un monde sans limites, sans frontières, sans attache, sans rien, 
Vous n'y serez d'abord pas à l'aise, seul, abandonné, dans cet infini de liberté,
Vous avez même un peu peur, vous le savez,
Personne ne vous entendra si vous criez,
Vous êtes trop loin, trop trop loin d'ici.
Et puis,
Vous réfléchissez, quelle importance ?
Ici, là bas non plus, on ne vous entendait pas.

On écoutait, hypocritement, le tiers de vos blablas
On réinterprétait, comme bon nous semblait,
Puis on vous répondait, d'amers mensonges dans lesquels on vous emprisonnait.
Alors, à quoi bon s'effrayer ?
Tout ce que vous avez à faire est savourer votre absence,
Vous promener, admirer, ce vide sincère, cette douce indifférence
 Et juste prier,
Pour ne jamais vous réveiller.
OUTFIT :
Shoes : Clarks


Review de l'Outfit : Sofia x Tidebuy.com
Le top et le short sont issus d'une collaboration avec l'eshop Tidebuy.com (voir la précédente).
- Les tailles portées sont S pour le T-shirt et M pour le short (je fais habituellement du S/XS), et vous pouvez le voir, rien décelé à ce niveau là, les coupes se sont révélées parfaites.
- Concernant la qualité, je ne peux encore rien dire. J'ai l'impression qu'il y a une certaine équivalence avec ce que propose habituellement Zara ou H&M, mais il faudra attendre quelques passages à la machine à laver pour vérifier que la teinte du haut reste.
(Le jean de la dernière fois, par contre, n'a pas subi de dégradation notable)
- Le prix est raisonnable, l'ensemble coûtait moins de 30 Euros, frais de port inclus.
- La livraison a été expédiée et reçue en 10 jours.

Conclusion :
Je n'ai aucun élément sur lequel me baser pour ne pas vous recommander cette boutique.
Croyez moi, ou croyez-en les photos, mais je doute que vous y soyez déçus.

La suite au prochain épisode.. 




Follow on Bloglovin

14 juin 2014

J.48 - Plucked Daisy


"Il m'aime.. un peu.. beaucoup.. à la folie.. [...].. Pas du tout ?  
Comment ça pas du tout ? C'est impossible. Inconcevable. Elle ment. Oui, c'est un scandale. Une honte. C'est l'évidence même qu'il est dingue de moi, elle s'est trompée, c'est sur. Et puis de toute manière.. pff, ce jeu est nul. Mais je lui en toucherai tout de même un mot ce soir, au dîner, on ne sait jamais non ? 
Non ? En tout cas, il va voir ce qu'il va voir.. "
Cette simple pensée, dîtes moi, la voyez vous comme le début d'une longue histoire ? 
 Une histoire d'amour, de voyages, de vaisselle cassée, de larmes et de cris, une histoire à la fois triste et touchante, une histoire, oui..
Mais non. Dans votre manque total de finesse, vous l'avez manqué, vous avez tout manqué.
Honnêtement, qui s'intéresse à cette fille pas bien futée, dans son couple sans intérêt ? Qui s'intéresse à ce scénario de navet, digne d'un feuilleton télévisé (français)
Tout le monde. C'est bien le problème.
Laissez-moi vous dire, cette pensée, cette réflexion, ce n'est le début de rien du tout. 
C'est une fin. Le misérable dénouement d'un récit tragique, le trépas d'un être, de milliers d'êtres à travers lui, à la vue de tous, sans que qui que ce soit n'en ai quoi que ce soit à cirer. Un pur génocide.
"Elle s'appelait Marguerite  Elle était fleur, elle était ravissante, si jolie et bienveillante. Elle était heureuse, dans son petit monde, dans son petit pays, dans sa petite prairie. Elle rêvassait, chantait sa joie, dans son idéal de vie, à toute heure, par tout temps, et ses pétales, sa tige, son pollen, faisaient sonner sa lumineuse mélodie."
"En fait, son seul tort était de ne jamais se tromper."
Alors oui. Pleurez lecteurs, pleurez, mais pas les sentiments de cette future célibataire mal aimée non, pleurez le décès de cette pauvre petite pâquerette, dont les derniers mots, amères paroles, signant son arrêt de mort, sa fin inéluctable, n'auront été qu'un malheureux : "Pas du tout".

OUTFIT :
Shirt : Zara 
Pants : Tara Jarmon
Shoes : Cosmoparis

Photos : Knas



Follow on Bloglovin

12 juin 2014

J.47 - Minty Candy

Des pastilles de bonheur. 
Toutes blanches. Toutes rondes. Toutes petites sphères, tantôt mattes, tantôt scintillantes, mais sans jamais aucune superfluité, motifs et autres sottises : Comme simplifiées à l'extrême, dans une pudique nudité.
Desserrez le poing, étirez, doucement, chacun de vos doigts, laissez les s'écouler dans le creux ainsi créé. Vous entendez ? Un cliquetis léger, lumineux, un jeu de carillon bref, mais suffisant. 
Vous regardez autour de vous, de peur qu'on ne vous surprenne, qu'on ne vienne vous les retirer. Peut-être sont elles dangereuses, peut être même interdites ? 
Mais déjà, vous les approchez de votre visage, et déjà, vous êtes perdu. 
Vous les avez saisis, et leur unique parfum, doux rêve, qui ne peut venir que d'un monde d'ailleurs, qui ne peut être né que sous des cieux supérieurs, oui, déjà, vous êtes perdu, il s'est emparé de votre coeur.
Un soleil de fraîcheur commence à éclore au dessous de vos côtes, vous ne les avez pas goûtés, ces petites pastilles, la tentation est forte mais vous savez que vous n'irez pas plus loin. Vous n'en avez pas le droit. Vous ne pouvez pas.
À vrai dire, vous le savez, vous n'y survivrez pas. Vous savez que la joie qui s'y cache, elle n'est pas pour vous. Elle est bien trop forte, bien trop puissante pour votre misérable humanité. Elle vous tuera. 
Alors oui, la tentation est forte, mais vous ne les prendrez pas, vous avez peur, alors vous les laissez s'effondrer , disparaître, et vous pleurez. 
Vous retournez alors à l'apitoiement qui fait votre quotidien, mais attention, pâle tentative de faire renaître ces sensations avortées, n'oubliez pas d'acheter un petit pack de tic-tac mentholés.

OUTFIT :
Dress : Forever 21
Shoes : Shelly's London
Headband : Vintage + DIY
Photos : Knas



Follow on Bloglovin

9 juin 2014

J.46 - Poppy Red

Coquelicot.
L'annonce officielle de nouveaux jours.
Une touche de braise dans un océan de verdure, premier présage d'un été prêt à s'enflammer.
Si il est d'abord seul, singulier, fragile, comme manquant de s'envoler, il se démultipliera au fil des jours, passera pluriel, se renforcera, deviendra incendie qui dévastera tous ces champs froids, gagnera en puissance, encore, toujours,
Lui échapperez vous ? Bonne question. Probablement pas.
Personnellement ? J'y ai déjà succombé, partiellement, sans doute victime d'une petite tendance pyromane.

Pour autant, vous n'avez pas trop à vous en faire, et moi non plus.
 Il disparaîtra, un jour, d'un coup, aussi vite qu'il est venu, laissera place aux somptueux vestiges brûlés de son carnage, blé, tournesols, ces immenses étendues teintées d'ocre doré.

Première vidéo test pour le blog, 
n'hésitez pas à visionner et à vous abonner à la chaîne Youtube !
(Rendez-vous au prochain épisode..)


OUTFIT :
Dress : Vintage, ASOS
Sneakers : Converses
Necklace : H&M





Follow on Bloglovin

4 juin 2014

J.45 - Cuddly

Un jour paisible. Quelques nuages, un temps gris, mais dépourvu du complément de fraîcheur habituel. 
Vous n'avez rien de prévu aujourd'hui.
Aucune obligation, aucune contrainte, en bref, aucune raison de vous attarder devant la porte coulissante de votre placard pour vous composer un énième costume de fashionata. 
Votre maître-mot ? "Tranquillité"
C'est en tout cas la philosophie que j'avais décidé d'adopter pour cet article, parce que, comme quoi, même les obsédés vestimentaires se reposent.. parfois.
Petite précision tout de même, il était bien entendu hors de question de tomber dans l'ennui.
Alors ? Alors je me suis imaginée rester des heures, rêveuse, dans mon canapé, ma fidèle peluche à mes côtés, le combo Chocolat chaud - Gâteau dans les bras, et une insouciance enfantine sur le regard.
J'ai donc saisi ma mascotte, sélectionné des coupes les plus larges, sobres possible, puis ai joué avec des teintes pour le moins éclatante, composant ainsi un tableau final simple, un poil dynamique, mais en veillant à garder une certaine harmonie.
Après tout, même si vous ne sortez pas de chez vous, qui vous dit que l'amour de votre vie (ou plus probablement le facteur, et ce scout qui veut toujours vous inscrire à sa fichue tombola) ne viendra pas sonner à votre porte ?
OUTFIT
Top : Comptoir des Cotonniers
Pants : Sandro
Sneakers : Diamonds
Photos : Knas



Follow on Bloglovin