dimanche 12 octobre 2014

J.68 - Raindrops

Portrait de la blogueuse mode das sheep, noir et blanc
 "Elle n'est pas bien méchante vous savez... Juste un peu timide. Renfermée.
Le social, c'est tout sauf sa tasse de thé. Pour vous dire, ça l'a jamais été.




Elle aime bien rester seule vous savez.. Rêver... Contempler des réalités qui n'ont jamais existé. 
Je la surprend, bien souvent :
Elle est immobile.. elle observe.., des objets anodins.., ou le ciel, ou le vide.., ou tout à la fois.
Elle est comme passionnée.., c'est adorable.. Non. 
C'est terrifiant.
photographie, tenue entière de la blogueuse mode das sheep, k-way petit bateau, robe à carreaux

Elle est peut-être malade, mais bon.., elle a toujours été comme ça.., alors bon..., vous voyez, nous, on s'y est habitué..

Comment ça se fait ? ..Je saurai pas trop comment l'expliquer. Moi.. je crois que son esprit, son bon sens, sa conscience, sa lucidité,.. ils se sont égarés. Ils se sont séparés, à un moment.. à sa naissance sans doute.. une dispute, un conflit.. il y en a partout de nos jours des conflits, alors pourquoi pas ? ..Et, ils s'en sont allées.. ils ont laissé son corps abandonné, ..et, ils sont partis. Et c'était fini.
photographie, noir et blanc, blogueuse mode das sheep, outfit entier, ciré petit bateau, robe asos à carreaux, derbies, nœud dans les cheveux
Après, quoi, où ils ont bien pu se fourrer.. ces cons.., ça j'en ai aucune idée.
Certes.., c'est qu'une hypothèse, c'est du vent, c'est rien, mais quand même.., regardez ça, ..y a aucun lieu de le nier ! Elle existe.., elle est là, ici, avec nous, mais.. elle n'y vit, elle n'y voit pas. 
Son fort intérieur, au dessus, au dessous, ou très loin, on s'en fiche, il est ailleurs.

Alors, vous rongez pas les sangs.. c'est pas qu'elle vous supporte pas la petite bête.., c'est normal si elle reste muette.. C'est triste, c'est tragique, certes.., mais moi, je pense que pas tant que ça.
Moi, je pense que, elle murmure, qu'elle parle, qu'elle s'exprime, qu'elle crie, non, pas un cri.. ni un hurlement.., mais un chant.
Voilà.. un chant.. Moi vous savez, je pense qu'elle chante de là où elle est.. 
Je pense que, même divisée, au dessus, en dessous.. peu importe, ailleurs.. qu'elle chante; qu'elle est heureuse.
photographie, détails de la tenue, richelieues noires, chaussettes grises, robe à carreaux, ciré petit bateau, sac à dos noir
Et à partir de là, c'est n'est plus si grave si on ne l'entend pas."

OUTFIT :
Rain coat : Petit Bateau
Dress : ASOS (vintage)
Leather skirt : American Apparel
Shoes : André
Bag : Hexagona
Headbow : Vintage (Emmaüs)
Photos : Knas



Follow on Bloglovin

dimanche 5 octobre 2014

J.67 - Silent Hopes

"J'en ai assez. 
J'abandonne. 
Laissez-moi. 
Je n'en veux plus. Je n'en peux plus."

Vous n'imaginez pas le rêve que ce serait pour moi de prononcer cette petite suite de propositions.
Une tentation, incroyablement puissante, un cri, un hurlement de sincérité fracassant les parois d'un cœur à coups de bélier pour s'en évader,
Imaginez-vous. 
S'affranchir. D'un coup. 
Bam. 
Fini les rêves factices, les projets d'avenir ambitieux, ennuyeux, les plans issus d'un endoctrinement général et constant. les contraintes, les efforts à fournir, tous ces froufrous dont il faut s'affubler, que ce soit pour plaire ou pour satisfaire tous ces gens dont vous vous contrefichez.

D'un coup. 
Bam.
"Je suis libre. 
Libre. 
Libre de m'enfuir, libre de m'en aller, partir, dégager et vite, libre d'aller vivre en Alaska au Japon ou en Corée. Libre d'être seule, de savourer ma solitude, de contredire le con qui a dit que l'humain devait vivre en communauté. Libre d'arrêter de gâcher mes années, de rattraper tout ce temps perdu, ou du moins d'essayer. Libre d'exister, oui d'exister et de vivre, enfin et pour de bon.
Je suis lâche ? Eh bien tant pis. Je suis libre, et ça suffit."

Un sanglot, un espoir fragile, peut-être ma dernière réelle liberté.
Je ne sais pas. 
Peut-être un jour, vous pourrez lire son ébauche dans mon regard, si ce jour, vous le soutenez assez longtemps pour le percer. 
Pour autant, vous ne l'entendrez, vous ne le percevrez jamais assez pour vous en emparer. 
Vous savez quoi ? 
Il est bien trop précieux que vous me le détruisiez.

OUTFIT :
Jacket : Romwe (here)
Shirt : Pablo
Pants : Zara
Shoes : André
Bag : Salamander



Photos : Knas



Follow on Bloglovin

dimanche 28 septembre 2014

J.67 - Wine whisper


Un regard. Une vision.
Un jeune fille. Elle est là, elle est seule.
Elle est étrange. Un peu exclue, hors du monde, singulière. 
Elle attend. Elle espère.
L'objet de sa pensée vous est inconnue, mais ce n'est pas ce qui vous préoccupe précisément.
Elle est étrange. Bizarre. Elle vous obsède. 
En fait, vous êtes juste incapable de décider, la trouvez-vous belle ou laide à regarder ?


Vous la fixez, presque irrespectueusement, encore, toujours, et concentré sur vos dilemmes superficiels, vous ne vous rendez pas compte de la tempête qui gronde au fond d'elle. 
Cette jeune fille, elle est là. Elle attend. 
Elle attend quelqu'un, ou bien quelque chose.
Un objet de ses vœux, mais elle s'en doute, il ne viendra jamais. 
Alors quoi ? Ce n'est pas grave. Elle est têtue, elle est bornée, et elle a tout son temps.
Elle ne vous a pas remarqué. Seriez-vous invisible ?
Non.
Elle est trop concentrée, ou alors, tout simplement..
Elle n'existe pas, vous hallucinez.
Dans tous les cas, que ce soit réel ou fiction, 
Un regard, une vision et vous la percevez.
Elle est là, entité étrange, présence singulière, voilà tout : 
Elle attend.



OUTFIT :
Top : Cyrillus 
Skirt : Vintage, Emmaüs
Shoes : André 
Hat : Caroll (previously here)





Photos : Knas



Follow on Bloglovin

samedi 20 septembre 2014

J.66 - Pumpkin

"Quelqu'un ?.. Quelque chose ?.. Mais où êtes vous tous ?"
Sortie bien trop tôt du potager, une petite courge orangée dans un petit village s'agitait;
Pourquoi était elle si seule ? Pourquoi ce trop plein de vide partout ?
Ce n'étais pas acceptable.. impensable.. il y avait décidément de quoi s'interroger.
Et même, des fois que la réflexion n'aboutisse pas..
Ce fait effrayant, il y avait de quoi s'en faire devenir fou.
"Elles devraient tous être là.. là ! A se faire couper la peau pour leurs parades.. se pavaner.., montrer leurs mimiques et puis et puis.. et puis tourmenter des petits humains aussi ! Suis-je arrivée trop tard ? Fichues citrouilles, elles auraient pu me réveiller, je leur avais dit.. Je n'aurai jamais du leur faire confiance, je le savais ! Maintenant c'est fini, elles ont tout pris, tours, friandises, frayeurs.. Tout un triomphe et je l'ai manqué."

Décidément désespérée, la petite courge orangée se mit à pleurer.
Pourrait-elle se rendre compte que sa date adorée ne se comptait pas avant un bon mois ?
En réalité, elle n'était même pas à point, un peu verdâtre, ou jaune, je ne sais plus, mais sans yeux pour l'observer, dites moi, aurait-elle pu s'en apercevoir ?  
Ainsi, triste fatalité, tandis que toutes ses sœurs dans de paisibles rêves d'halloween prospéraient, la petite citrouille, dans le petit village déprimait.

OUTFIT :
Shirt : Charity Shop
Sweater : Zara
Pants : Comptoir des Cotonniers
Boots : Dr Martens
Photos : Knas



Follow on Bloglovin

mardi 16 septembre 2014

J.65 - Keep it Casual

Desceller les paupières. 
Doucement. 
Entrouvrir, rien n'est pressé, doucement, chaque chose en son temps. 
Laisser le moteur intérieur être rallumé, relancé, exhalaison, inspiration, un souffle, et voilà. Sans autre forme de procès, je reprend vie. ..Dure épreuve. Puis-je en être fière ?
Si seulement c'était fini.


Exhiber ses globes oculaires, observer.
Gris. Tout est gris. 
"Et bienvenue dans ta misère coutumière !"
Se réveiller. Se ressaisir. "De toute façon... c't'idylle avec ton lit.. Elle pouvait pas durer. C'est sur. C'est comme Roméo et Juliette.. Tout vous sépare, toi et ta couette."
Se retirer, dans un adieu désespéré, oublier, cette rupture trop dure à supporter, ces espoirs, songes et chimères.
"Il le faut.. C'est moi qui te le dis."

Pourquoi, allez savoir. Je comprend pas.
Peut-être, sans doute, satisfaire ce désir sadique d'individus ayant décrétés que l'existence, dans un traité sois disant démontré, qu'exister, c'est travailler.

"T'manière.. Pourquoi t'y réfléchis ? Acceptes, endures, t'as pas d'autres choix."
Inutile de résister. Victime d'un système d'enfoirés, j'y vais, je m'en vais, mais sachez-le, cette fois ci, j'emporte mes rêves avec moi,
Car cette fois ci, je crois bien que cette fois ci, je n'en reviendrai pas.

OUTFIT :
Top : Topshop
Biker Jacket : 123
Skirt : Tidebuy (Here)

Photos : Knas



Follow on Bloglovin